Les 4 éléments, version 4

Entrez dans un monde où les 4 Eléments du Bien et les partisans du Mal s'affrontent...


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A l'assassin ! [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ezekiel
Ambassadeur
avatar

Messages : 124
Age : 31
Détail/fonction : Cynique

MessageSujet: A l'assassin ! [Libre]   Mer 16 Déc 2009 - 16:54

Ezekiel était en pleine reconnaissance du quartier de l'Eau.

Fraîchement débarqué dans la Ville, il s'était aperçu qu'elle avait beaucoup changé depuis sa dernière visite, suite à l'immense afflux de colons. Et puisqu'il était là pour en apprendre plus sur les ennemis du continent du Mal, il semblait approprié d'évaluer ces changements et de se renseigner sur les factions en présence dans la cité, ainsi que sur l'ambiance qui y régnait.

Ezekiel n'avait jamais eu l'occasion de se rendre sur le continent de l'Eau. Il avait entendu des rumeurs, bien sûr, mais rien n'aurait pu le préparer au désordre indescriptible qui régnait dans les rues les plus animées du quartier. Il s'était à peine éloigné de la porte du quartier qu'il avait failli trébucher sur une chose qui s'était entortillé autour de ses chevilles et lui avait roulé sur les orteils.

Le jouet, une petite souris doté d'un mécanisme à ressort, avait été récupéré à la va-vite par une bande de gamins qui s'étaient enfuis en courant devant ses vociférations.

"Allez donc jouer ailleurs, bande de morveux !"

Et partout où il posait les yeux, c'était à l'avenant. Un vieil homme était arrêté en pleine rue, un monocle vissé à l'œil, et donnait de petits coups de martinet sur la fenêtre d'une bâtisse, tendant l'oreille d'un air concentré. Une fillette assise sur le porche de sa maison assemblait de minuscules engrenages. A un embranchement, un groupe d'hommes tenaient une discussion animée autour d'un plan, esquissant de grands gestes du bras vers les pavés au sol.

Empli d'une fascination morbide, Ezekiel s'arrêta quelques instants devant l'étal d'un marchand d'automates. Le commerçant discutait avec quelques-uns de ses clients. Ezekiel se pencha pour observer de près un personnage de bois qui tenait contre son épaule un marteau gros comme sa tête. Il le poussa un peu du doigt, circonspect. Aussitôt, la figure lui assena son arme sur la figure.

Jurant de douleur, il esquissa un pas de recul et porta par réflexe la main au pommeau de son épée. Son autre main était plaquée sur son nez.

"Saloperie de petit... !"


Dernière édition par Ezekiel le Jeu 31 Déc 2009 - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://soaring-dragon.livejournal.com
Dhamia
Illusionniste
avatar

Messages : 33
Age : 26

MessageSujet: Re: A l'assassin ! [Libre]   Lun 28 Déc 2009 - 14:23

Quoi de plus frustrant qu'une corde qui se rompt en pleine représentation? Dhamia avait seulement joué trois morceaux que son instrument l'abandonnait. Heureusement, le public dans la taverne avait été peu attentif à sa musique. Tandis qu'elle rangeait le luth dans son étui pour l'accrocher à son dos, elle avait sourit de son infortune. Sa bourse était pleine et elle était arrivée à la Ville six jours plus tôt, pourtant elle n'avait encore saisi aucun prétexte pour visiter les autres quartiers. Chercher de nouvelles cordes pour réparer son luth lui offrait finalement un prétexte de choix pour s'aventurer dans le quartier de Lidralyou. Ce quartier était celui des musiciens et des artistes, l'endroit le plus indiqué pour trouver des cordes de luth. Mais si elle n'avait pas encore osé rallier l'endroit, c'était pour des raisons encore douloureuses à sa mémoire.
Ayant terminé de ranger ses affaires, elle se rendit donc au comptoir de la taverne. L'homme posté au bar, qui était le gérant de l'établissement, n'avait rien perdu de sa mésaventure. La jeune femme lui demanda s'il acceptait de lui payer ses services.

"Vous croyez que je vais vous payer pour trois misérables refrains? Revenez quand vous aurez réparé votre morceau de bois!"

Dhamia haussa les épaules et tourna les talons. Elle s'était bien doutée qu'on ne lui donnerait rien, mais ce n'était tout de même pas sa faute si les cordes qu'on trouvait dans le commerce étaient de mauvaise qualité! Au moins le tavernier ne lui avait-il pas refusé l'hospitalité si elle désirait revenir.
Une fois dans la rue, elle suivit le chemin qui lui semblait être celui qui menait au quartier de Lidralyou. C'est quand elle déboucha dans une rue animée à l'atmosphère insolite qu'elle comprit qu'elle devait s'être trompée. Au premier coup d'oeil, les passants et les habitants paraissaient comme tous les autres. Il suffisait pourtant d'un regard plus appuyé pour distinguer des détails qui n'auraient jamais figuré dans les autres quartiers. Par exemple, quand on voulait démolir un bâtiment, on ne le démontait pas pierre par pierre comme le faisaient les ouvriers qu'elle apercevait plus loin. Elle promena son regard autour d'elle tout en avançant, fascinée. Aucun doute, elle s'était trompée de quartier. Celui-ci était plus probablement celui de Mitroble.

Un juron mal étouffé attira son attention. Devant un stand où un marchand étalait ses automates, un homme semblait sur le point de provoquer en duel un petit mécanisme armé d'un gros marteau. Intriguée, Dhamia s'approcha pour voir de quoi il retournait. Arrivée à quelques pas du marchand et de ses clients, tous tournés vers celui qui se tenait le nez, elle réalisa que le mécanisme était en fait un petit homme de bois. Celui-ci tenait son arme baissée, comme s'il venait de l'assener sur le client. Les yeux de Dhamia allèrent de l'agresseur à la victime et un sourire naquit sur ses lèvres. Elle fit un pas de plus dans la direction de l'homme et tendit la main d'un air à la fois secourable et amusé.

"Peut-on vous soulager?"

A ces mots, le marchand leva les yeux au ciel. Dhamia estima qu'il devait avoir l'habitude de ce genre d'incident. Et maintenant qu'elle était là, elle estima aussi que la corde à remplacer de son luth pouvait bien attendre. Ce quartier était plus étonnant qu'elle ne l'aurait pensé, elle qui n'avait jamais beaucoup voyagé en dehors de ces cinq dernières semaines. Elle n'avait jamais vu d'automate capable de se défendre efficacement.
Elle observa plus attentivement l'homme à qui elle s'était adressée, se demandant si elle avait bien fait. Après tout, elle ne le connaissait pas et il semblait à l'aise avec une épée. Un jour elle devrait apprendre la discrétion.
Revenir en haut Aller en bas
Féria
Général
avatar

Messages : 17
Age : 26

MessageSujet: Re: A l'assassin ! [Libre]   Mar 29 Déc 2009 - 7:33

Se promenant dans les quartiers de Mitroble, Féria pensait, laissait son esprit divaguer quelque part ailleurs. Se remémorant les temps immémoriaux que sa grand-mère lui racontait avec passion et entrain. Un temps loin d’ici, là où déesses étaient parmi humains. Un temps habité par la guerre mais là où la source même de la magie cohabitait avec la nature.


Promenant son regard sur plusieurs stands qui si trouvaient, elle ne comprenait pas comment tout ceci avait pu autant changer. La technologie remplaçait la magie. Tout ceci était faux. Elle se rendait bien compte que la religion mère était entrain de perdre des adeptes au profit de la science. Ses paroles passaient et revenaient dans sa tête :’’ Tu sais Féria, tout n’a pas toujours été ainsi, les hommes n’ont pas toujours été détournés des vrais valeurs comme aujourd’hui. Contrairement à maintenant, notre peuple n’était pas l’un des seuls à pratiquer la magie des éléments. Non, les humains aussi. Beaucoup de choses étaient en harmonie et non pas confuse et dés ordonnées comme présentement. N’oubli pas, ne te détourne jamais de tes origines. N’oublie jamais qui tu es, jeune nymphe, créature des eaux. Ton voyage peut-être éprouvant sera-t-il, mais n’oubli jamais ta nature ’’. N’OUBLI JAMAIS TA NATURE. Ces mots résonnaient sans cesse dans sa tête tel écho que l’ont pourrait entendre du haut du mont le plus escarpé.


L’allée était bondée de gens. Hommes politiques, commerçants, paysans et enfants composaient principalement la foule. Ces derniers s’amusaient, à leurs façons, avec plusieurs trucs dotés de mécanisme tous relativement compliqués. Après avoir bousculé quelques personnes qui se trouvaient sur son passage, la nymphe n’eut nul autre le choix que de quitter son monde et de se concentrer sur sa destination. Malgré son statut imposant, Féria n’était pas une personne violente à proprement parler. Elle préférait beaucoup plus les arts que la guerre. Les douces mélodies que certains instruments pouvaient produire la détendait beaucoup. Elle désirait, donc se rendre à une taverne là où une artiste très douée performait afin d’écouter le son apaisant de la lutte de cette femme.

"Saloperie de petit... !"

Un jeune homme venait de recevoir un bon coup de masse d’automate en plein nez. Pauvre homme. N’écoutant que sa bonté, Féria s’approche de celui-ci en même temps qu’une autre femme.
"Peut-on vous soulager?"
Se commentaire fit sourire la femme rousse. Peut-on vous soulagez ? Mais oui j’espère, son nez semblait d’un rouge vif.

-Un instant monsieur, je crois qu’un peut de glace vous ferait du bien. Vous savez, dit-elle en regardant la main de l’homme qui se trouvait sur le pommeau de l’épée, je crois qu’il vous a fait plus de mal que vous pouvez lui en faire avec votre arme de métal. Un petit sourire accroché aux lèvres de la femme montrait très bien l’ironie de la situation. Attendez.

Féria plongea sa main dans un sceau qui se trouvait non loin de là ou les deux autres personnes se trouvaient. En présence du liquide de vie, la main submergée laissa apparaitre quelques écailles d’une teinte bleutée. De L’autre, elle fit l’éviter une petite quantité de liquide. Tout semblait si facile pour elle, mais cela demandait beaucoup de concentration. D’un geste brusque, le liquide commença à se cristalliser devant le regard surpris de quelques passants. En quelques secondes à peine, Féria avait de la glace en main. Elle s’approcha du jeune ‘’blessé’’ d’on l’orgueil semblait plus atteint que son nez. Avec un sourire radieux, elle lui tendit la glace qu’elle avait créée il y a quelques minutes.

-Cela devrait vous faire un peut de bien je crois.
S'il suffisait de se blesser pour avoir deux personnes à mes pieds, je ne dirais pas non, pensait-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ezekiel
Ambassadeur
avatar

Messages : 124
Age : 31
Détail/fonction : Cynique

MessageSujet: Re: A l'assassin ! [Libre]   Mar 29 Déc 2009 - 10:34

[HJ : Wouhou, que de monde tout d'un coup ! PS : Deuxième essai, puisque le premier jet s'est perdu dans les méandres du net... sree ]

Voilà qui représentait un exemple parfait de l'insouciance insolente des habitants des continents élémentaires. Ezekiel avait à peine exprimé sa douleur qu'on s'inquiétait déjà de lui. Ce n'était pas parmi ses concitoyens que cela serait arrivé.

Il eut à peine le temps de cligner des yeux en direction d'une jeune femme à la chevelure de miel qu'une autre dame lui proposa à son tour de l'aide. Étaient-elles amies ? Il ne les avait pas vues arriver, tout occupé qu'il était à se pincer le nez et à renverser la tête en arrière pour endiguer le faible afflux de sang qui lui tâchait les doigts. D'ailleurs, ce n'est que du coin des yeux qu'il vit la seconde femme se pencher et tirer un peu de glace d'un seau d'eau posé là. Il eut un mouvement de recul instinctif, son intense dégoût pour la magie élémentaire surpassant un instant sa façade polie.

Il se ressaisit heureusement bien vite, et accepta le glaçon en camouflant sa réticence.

"Merci de votre sollicitude, à toutes deux."

Il tira son mouchoir de la manche de sa veste et enroula la glace dedans (ce n'était pas qu'à cause du froid qu'il avait l'impression qu'elle lui brûlait les doigts). Il pressa le tout contre l'arête de son nez, tout en utilisant les coins du tissu pour éponger les dernières gouttes de sang.

"Cela devrait bientôt passer" assura-t-il aux deux femmes.

Heureusement, sa voix ne sonnait pas trop nasillarde. La situation était déjà bien assez embarrassante.

Il profita de ce qu'il voyait à nouveau devant lui pour examiner celles qu'il avait d'abord prises pour de jeunes femmes en promenade. Habitué qu'il était à rechercher la moindre information sur ses interlocuteurs, il eut tôt fait de repérer les prunelles ambrées d'une Héliade et les longues oreilles pointues d'une nymphe. Ces deux-là étaient vraisemblablement bien plus vieilles qu'elles n'en avaient l'air.

Elles faisaient également une drôle d'association, car la petite démonstration de la nymphe dévoilait aisément son affinité à l'eau. Cette maudite ville avait-elle une telle influence que même l'eau et le feu se côtoyaient sans la moindre méfiance ?

"Vous êtes amies ?" demanda-t-il en désespoir de cause.
Revenir en haut Aller en bas
http://soaring-dragon.livejournal.com
Dhamia
Illusionniste
avatar

Messages : 33
Age : 26

MessageSujet: Re: A l'assassin ! [Libre]   Mar 29 Déc 2009 - 13:25

Une autre personne semblait avoir été attirée par le malheur de l'homme et n'avait pas tardé à agir efficacement. Dhamia avait observé avec intérêt la nouvelle venue, visiblement une nymphe affiliée à l'eau, plonger sa main dans un seau et en ressortir une perle d'eau qu'elle avait bien vite transformée en glace. C'est face à ce spectacle que l'Héliade s'aperçut qu'elle n'avait encore vu personne faire étalage de ses dons élémentaires depuis son entrée dans le quartier. Partout ce n'étaient qu'expériences douteuses et calculs compliqués. Les temps étaient-ils donc si troublés que la magie s'oubliait?
Elle reporta son attention sur le blessé à l'instant même où il reculait comme instinctivement face au tour que venait de faire la nymphe. Etait-ce du dégoût qu'elle avait aperçu sur son visage ou la rapidité de l'instant l'avait-elle trompée? Comme il se saisissait finalement du glaçon sans rechigner, elle oublia ce détail et l'écouta leur assurer qu'il s'en remettrait. Assurément, ce n'était pas un coup de marteau qui le tuerait. Mais son nez risquait de s'en ressentir un moment encore.

Dhamia regarda la nymphe, dont elle n'avait eu aucun mal à déterminer la race. Bien que les nymphes et les satyres se soient divisés en plusieurs races selon la région où ils s'étaient établis, ils se reconnaissaient instantanément pour ce qu'ils étaient - quoique même un humain averti soit parfaitement apte à différencier une Héliade d'une Naïade. Cette dernière avait une façon de se tenir qui montrait qu'elle était sûre d'elle, ou du moins qu'elle n'était pas une fragile créature. Son sourire éclatant lui donnait un air sympathique qui contrastait fortement avec l'apparence maussade de son patient.
La musicienne se tourna de nouveau vers l'homme quand celui-ci s'enquit de leur éventuelle amitié. Dhamia eut un nouveau sourire lorsqu'elle lui répondit.

"Je ne connais pas cette dame, quoique j'admire son talent. Non, c'est la première fois que je côtoie le quartier de l'eau." Son sourire se fit presque moqueur et elle ajouta: "En cela je pense ne pas être la seule."

Il n'y avait qu'à voir la façon dont il s'était fait avoir par un bout de bois pour comprendre qu'il ne connaissait pas plus qu'elle ce quartier. La mise de l'étranger tendait à faire penser aussi qu'il n'était pas un habitant farfelu de Mitroble; habillé tout de noir et d'argent, le visage pâle, à l'air maladif, il faisait plutôt penser aux âmes sombres du quartier de Darva que Dhamia avait déjà croisées auparavant. Mais elle ne pouvait être sûre de son jugement, puisqu'elle-même était du peuple du feu tout en pratiquant l'art habituellement attribué au peuple de l'air. Une généralité ne veut pas dire qu'elle s'applique à tout le monde.
A la pensée de son instrument de musique, elle se souvînt qu'elle avait eu pour but premier de se dénicher une corde. Pourquoi ne pas la chercher ici? Au final, ici ou ailleurs, ça ne changeait pas grand chose. Son propre quartier étant un quartier de commerçants, elle aurait même pu y trouver ce qu'elle voulait. Elle se tourna vers la Naïade, qui logiquement connaissait mieux les lieux qu'elle.

"Puisque vous semblez être d'ici, pourrais-je vous demander s'il y a une échoppe dans le coin où je pourrais trouver des cordes de boyau nu pour un luth?"

Le marchand d'automates, ayant apparemment compris qu'on ne lui achèterait rien, eut une moue exaspérée et consacra son attention à une fillette qui regardait avec fascination un chien en bois qui tournait sur lui-même en cherchant à se mordre la queue. Dhamia jeta un oeil à l'homme, le glaçon toujours pressé sur le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Féria
Général
avatar

Messages : 17
Age : 26

MessageSujet: Re: A l'assassin ! [Libre]   Mer 30 Déc 2009 - 2:44

Qui était cet homme impoli? Qui était-il pour avoir un mouvement de recul empreint de dédain devant l’aide qu’elle lui tendait ? Mais où étaient les bonnes manières de nos jours? Enfin, malgré son grand orgueil, la jeune femme ne montra pas son indignation, seul un regard d’incompréhension avait prit place sur son visage de rêve. Peut-être son attitude un peut trop axée sur l’entraide lui avait déplut. Avait-il de la difficulté à accepter l’aide des autres? Féria ne porta pas plus attention à se manque d’éducation flagrant.

-Cela devrait bientôt passer

-La douleur devrait bientôt passer effectivement. Ce n’est pas sorcier, la glace endort la douleur. Mais seulement, je vous conseillerais d’aller voir un soigneur. Quoique la blessure peut sembler quelque peut superficielle, vous vous êtes peut-être et, même, assurément cassé le nez. Je sais très bien de quoi je parle, ajouta-t-elle d’un ton assuré.

La guerre, Féria la connaissait et elle connaissait certainement les blessures que ces dernières pouvaient engendrer. Une cassure du nez était chose courante en combat et tous les indices démontrant une cassure était présent. Et surtout… l’enflure.

"Vous êtes amies ?"


Avant même qu’elle puisse ajouter un mot quelconque, la jeune femme qui se trouvait à ses côtés la devançant et expliqua a l’homme, au teint plus que pâle et maladif, que non, elles ne se connaissaient pas et que c’était également la première fois qu’elle côtoyait les cartiers de l’eau.
Pour la nymphe, ce n’était pas la première fois, mais elle n’y allait pas souvent. Elle préférait les endroits moins mouvementé et beaucoup plus calme. Elle allait beaucoup plus souvent dans la nature, retrouver la source de sa nature ou encore dans les cartiers du vent afin de se déteindre au son d’une douce mélodie.

"Puisque vous semblez être d'ici, pourrais-je vous demander s'il y a une échoppe dans le coin où je pourrais trouver des cordes de boyau nu pour un luth?"

La tonalité de la voix de la femme étonnait la nymphe. Elle sonnait si juste, elle était voire presque même ensorcelante.

-Je suis désolé, je ne peux malheureusement pas vous aider. Je me retrouve très rarement en cet endroit. Je n’apprécie pas la pourriture que nous pouvons y croiser, dit-elle en regardant un commerçant qui essayait d’arnaquer une famille moyenne. Peut-être aurez-vous plus de chance dans le coin de l’air ? C’est votre instrument, dit-elle intriguée?
Revenir en haut Aller en bas
Ezekiel
Ambassadeur
avatar

Messages : 124
Age : 31
Détail/fonction : Cynique

MessageSujet: Re: A l'assassin ! [Libre]   Jeu 31 Déc 2009 - 13:05

Ce n'était rien de dire que le commentaire de la Naïade avait vexé Ezekiel. Pour qui se prenait cette pimbêche ? Elle était médecin, peut-être ?... Bah, dans ce quartier de fous, ça n'aurait rien eu d'étonnant ! Ce n'était pas pour autant qu'elle était la seule au monde à avoir des connaissances médicales. Ezekiel ne s'était pas cassé le nez. Non, il ne s'était certainement pas fait casser le nez par un maudit bout de bois. C'était impensable. Inconcevable. Son nez n'était pas cassé, il en était sûr.

Tout en fulminant en silence contre la nymphe, son agitation à peine trahie par l'unique tic qui agita son sourcil gauche, il palpait discrètement l'arête de son nez à travers le mouchoir, inquiet malgré lui. Il n'était pas cassé, non, sûrement pas.

Il fut un peu tranquillisé lorsque l'Héliade répondit par la négative à sa question. Les deux nymphes ne se connaissaient pas. Bon, le monde ne marchait pas encore sur la tête. Ceci dit, elles avaient l'air de bien s'entendre. Il les regarda discuter, caressant machinalement le pommeau de son épée de sa main libre. Tant de sympathie lui portait sur les nerfs, mais il n'en montra rien.

Peu intéressé par les apparents talents musicaux de l'Héliade, il contourna les deux femmes pour revenir devant l'étal du marchand d'automates. Il attira l'attention du commerçant et pointa d'un geste sec du menton son minuscule agresseur au marteau.

"Combien pour ce gredin ?" demanda-t-il, maussade.

L'homme ne se laissa pas arrêter pas sa surprise et cita aussitôt un prix. Ezekiel se lança dans un marchandage animé, tout en gardant une oreille sur la discussion derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://soaring-dragon.livejournal.com
Dhamia
Illusionniste
avatar

Messages : 33
Age : 26

MessageSujet: Re: A l'assassin ! [Libre]   Ven 1 Jan 2010 - 15:10

Si Dhamia avait espéré trouver une personne toute trouvée pour lui indiquer la direction à suivre, elle fut déçue. La Naïade lui répondit en effet qu'elle-même ne venait que rarement dans les environs, arguant qu'elle avait peu de sympathie pour la pourriture qui s'y trouvait. Cela intrigua l'Héliade; nulle part elle ne voyait quoi que ce fût qui put être représentatif d'une quelconque déchéance, à part sans doute la place mineure qui était accordée à la magie par rapport aux nouvelles technologies. Elle suivit le regard de l'élémentaliste et aperçut une famille prise dans les filets d'un marchand vicieux. Contrairement à la Naïade, ce spectacle ne fit ni chaud ni froid à Dhamia. Celle-ci était née sur le continent le plus commerçant de la planète, elle avait été élevée dans les grands discours et l'art du marchandage. Pour elle, un marchand se devait de vendre ses produits avec toute l'éloquence et la persuasion dont il pouvait faire preuve. En revanche, elle non plus n'appréciait pas les commerçants malhonnêtes. Quoiqu'il en fût, elle se détourna d'eux. Chez elle, il appartenait à chacun de savoir reconnaître le mensonge de la vérité dans les paroles d'autrui. Peut-être aurait-elle dû reconnaître que tout le monde n'avait pas des leçons d'éloquence dans sa jeunesse et être plus objective, mais elle ne s'en aperçut pas.

La Naïade lui suggéra de se tourner vers le quartier de l'air, comme l'avait été la première impulsion de Dhamia. Oui, elle irait par là. Mais avant elle avait bien l'intention d'approfondir sa connaissance du domaine de Mitroble. Puisqu'elle était là, il aurait été dommage de tourner les talons tout de suite. La question de la jeune femme emmena derechef l'Héliade à concentrer ses pensées sur son cher instrument. Son visage s'éclaira d'un sourire lorsqu'elle posa le regard sur le sac à la forme insolite attaché dans son dos. Le luth était enveloppé de trois couches de peau traitées avec soin que l'on avait assemblées en un étui parfaitement adapté aux contours de l'instrument.

"Oui, c'est mon luth. C'est un outil dont je ne me sépare jamais mais qui demande autant d'entretien que la lame du plus fier soldat. Ce qui d'ailleurs m'amène à chercher ces satanées cordes..."

Elle n'avait pas dit ça sur un ton exaspéré ni agacé mais plutôt avec une sorte de résignation. Ce n'était bien sûr pas la première fois qu'elle rencontrait ce problème. L'Héliade reporta ses yeux ambrés sur sa cousine de race et son sourire se fit plus délicat.

"Si vous appréciez la musique, je vous en aurais bien joué un morceau. Il paraît que je me débrouille assez bien pour être appréciée des musiciens de l'Enetari, bien que j'aie encore bon nombre de choses à leur envier."

Elle avait dit cette dernière phrase dans un soupir. Comme elle aurait aimé se rendre dans cette région aux montagnes parcourues de mille chants lancinants et du souffle du vent quand il traverse les pâturages! Mais elle n'avait pas encore trouvé le courage, hélas!, de voyager jusqu'à ce continent, le souvenir de son père encore trop présent dans sa mémoire pour qu'elle puisse réellement en profiter. S'il lui était donné de vivre de longues années, elle ne doutait toutefois pas qu'elle irait là-bas. En attendant, la Ville lui offrait déjà bien assez de sources de connaissances. Nombre d'artistes et de musiciens étaient venus vivre ici. Peut-être même trouverait-elle de nouvelles inspirations pour ses tours de passe-passe.
Du coin de l'oeil, elle voyait le grognon bonhomme attirer l'attention du marchand d'automates. Etonnée, elle l'entendit demander combien coûtait son agresseur de bois et de rouages. Quelle idée! Prévoyait-il de l'envoyer par colis à un ennemi? Ce serait assurément une jolie surprise pour celui qui le recevrait. L'Héliade se morigéna intérieurement pour avoir de telles pensées. Elle ne connaissait ni cet homme ni ses intentions et n'avait pas à se demander pourquoi il allait acheter un objet si meurtrier. Elle ne put néanmoins empêcher ses yeux de briller d'une lueur amusée, tant l'ironie de son acte était frappante.
Revenir en haut Aller en bas
Ezekiel
Ambassadeur
avatar

Messages : 124
Age : 31
Détail/fonction : Cynique

MessageSujet: [comptabilisé]   Mar 16 Fév 2010 - 13:17

[HJ : Désolé Féria, mais je pense qu'on a attendu assez longtemps ! Dhamia, je n'essaie pas de me débarrasser de toi, hein. Tu peux t'en aller ou pas, comme tu veux. ^^]


Un court silence s'installa derrière Ezekiel. Il versa quelques pièces dans la main du marchand et se retourna, son acquisition à la main, pour croiser le regard amusé de l'Héliade. Il retint à grand-peine un froncement de sourcils. Se moquait-elle de lui ?

Il voulait simplement pouvoir démonter cette mécanique du Diable et comprendre quelle folie habitait les hommes du continent de l'Eau. Bien sûr, le fait qu'il ne saurait probablement pas reconstituer le pantin correctement constituait une source de satisfaction mesquine, puisque le mécréant passerait sans aucun doute le restant de ses jours sous la forme d'un tas de pièces détachées dans un tiroir.

"Je veux étudier cette machine de plus près" expliqua-t-il sans grande conviction, agitant le jouet de sa main libre.

Sa voix était toujours nasale sous l'effet du mouchoir qu'il pressait sur son nez, et il repoussa difficilement les brûlures de l'humiliation.

La Naïade semblait absorbée dans l'observation des activités d'un marchand non loin, ce qui expliquait sans doute son silence.

Un fracas épouvantable résonna soudain dans la ruelle étroite, et une voiture à chevaux déboula sans crier gare d'un coin de rue. Comme elle ne faisait pas mine de ralentir, Ezekiel fit comme beaucoup de monde et s'écarta d'un bond en jurant. Saisissant le bras de sa compagne la plus proche, l'Héliade, il l'entraîna dans la bouche d'une venelle. La voiture s'arrêta juste devant eux, leur barrant la rue dont ils venaient. Il ne voyait la Naïade nulle part, et supposa qu'elle avait bondi du côté opposé au leur.

"Décidément, ils sont tous fous dans ce quartier" râla-t-il, pour une fois se souciant peu de paraître antagoniste.

Dans sa hâte, il avait laissé tomber son mouchoir et le glaçon qu'il contenait. Il regretta plus la perte du mouchoir que celle de la glace ensorcelée, malgré la douleur lancinante de son nez.

Ezekiel aperçut les quelques gardes de l'Eau qui quittaient la voiture et eut un mouvement de recul. L'animosité entre son quartier et les autres avaient beau être dormante, il avait tous les droits de se méfier de quelque forme d'autorité que ce soit. Il se tourna vers l'Héliade et la regarda dans les yeux.

"Hé bien, quelque soit la raison de la présence de ces gardes, je n'ai nulle envie de me trouver mêlé à cela. Je m'en vais. Merci pour votre aide."
Revenir en haut Aller en bas
http://soaring-dragon.livejournal.com
Dhamia
Illusionniste
avatar

Messages : 33
Age : 26

MessageSujet: [comptabilisé]   Mer 24 Fév 2010 - 19:30

L'Héliade avait la fâcheuse habitude de tout prendre avec humour, et beaucoup d'ironie. Ses yeux la trahissaient presque à chaque fois qu'elle trouvait quelque chose particulièrement drôle ou agaçant. En l'occurrence, la situation l'avait amusée. Elle avait posé ce fameux regard sur l'homme debout devant le comptoir du marchand quand celui-ci s'était soudain retourné. Bien sûr, il avait tout de suite remarqué la lueur dans les yeux ambrés; le mouvement de ses sourcils avait indiqué un mécontentement extrême. A l'instant où elle avait compris qu'il croyait qu'elle se moquait de lui, elle s'était efforcée de revêtir un masque d'innocence.
L'étranger agita l'automate en essayant de s'expliquer. Il aurait, à ses dires, envie d'étudier l'objet.. Pour quoi faire? L'utiliser contre un ennemi ou découvrir le secret d'une arme redoutable? Aux yeux de Dhamia, analyser la science du peuple de l'eau demanderait bien de la patience. Qui savait le nombre de boulons et de minuscules objets contenu dans ce simple automate? Les constructions de ce genre étaient souvent incompréhensibles. Mais après tout, peut-être l'homme avait-il la science nécessaire.

Elle en était là dans ses pensées lorsque l'accident arriva. D'abord, le bruit effroyable se fit entendre, puis apparut l'équipage fonçant à toute allure. Dhamia avait été surprise; plantée sur la trajectoire de la voiture apparemment pas décidée à s'arrêter, elle n'avait pas esquissé le moindre geste. Tout s'était déroulé au ralenti, avant qu'une poigne de fer se referme sur son bras et l'entraîne rapidement dans une venelle assombrie. Le temps sembla se remettre en place et Dhamia réalisa que si l'homme ne l'avait pas écartée, elle aurait probablement fini sous les roues du véhicule. La respiration haletante à cause du stress occasionné, elle se détacha de la scène pour tourner la tête vers son sauveur. Celui s'était remis à bougonner, mais cette fois la jeune femme ne le regardait plus avec amusement. Elle était reconnaissante et allait lui proposer de l'aide pour son nez toujours aussi écarlate quand l'arrivée des gardes attira de nouveau son attention.
La voiture qui avait faillit les renverser avait pour passagers des gardes de Mitroble. Leurs visages fermés et résolus indiquaient que quelque chose n'allait pas dans les environs. Y avait-il eu un meurtre? Un vol n'aurait sans doute pas entraîné une telle manifestation.

A côté de Dhamia, son sauveur s'arracha à la contemplation des gardes. Il la regarda dans les yeux et déclara vouloir éviter d'être mêlé aux affaires de ces gens. L'Héliade, bien qu'ordinairement insensible à ce genre de chose, sentit qu'il valait mieux en effet s'écarter. Mais elle n'avait aucune envie de se retrouver toute seule dans les rues de la Ville, même si elle avait fini par s'y habituer. Ses yeux posés dans le dos de l'étranger, elle se dit qu'après tout, elle pouvait bien se permettre de l'ennuyer encore un peu. Même agacer quelqu'un la sortirait de son ennui. Un sourire naquit sur ses lèvres tandis que les deux rescapés de l'accident se faufilaient dans la ruelle.

"Pardonnez-moi, mais je vous suis redevable, non? Et votre oeil a toujours besoin de soins, je pourrais peut-être vous aider à dénicher un autre glaçon?"

Dans le quartier de Mitroble, il devait bien y avoir de la glace... Soudain, une chose bien plus importante la frappa; son luth avait peut-être été endommagé quand l'homme l'avait attrapée pour l'écarter de l'attelage. Elle s'arrêta soudain et attrapa le luth attaché dans son dos. Elle tâta l'instrument à travers les peaux qui le recouvraient et pria pour que les cordes n'aient rien subi de fâcheux. La musique était capricieuse et requérait des outils d'un état impeccable. Inquiète mais certaine que le seul danger consistait dans les cordes, elle rattrapa d'un pas vif son sauveur aux manières pincées.
Revenir en haut Aller en bas
Ezekiel
Ambassadeur
avatar

Messages : 124
Age : 31
Détail/fonction : Cynique

MessageSujet: [comptabilisé]   Sam 27 Fév 2010 - 10:38

Alors qu'Ezekiel enfilait la ruelle étroite vers son extrémité opposée, il entendit la nymphe lui emboîter le pas. Allons bon ! Que voulait cette idiote ?

"Ne soyez pas sotte, vous ne m'êtes redevable en rien" bougonna-t-il, bien en mal de se débarrasser d'elle sans se comporter en véritable goujat.

S'il avait su ce que son acte de bonté lui vaudrait, il l'aurait laissée sous les roues de cette maudite voiture. La bonne humeur perpétuelle de la musicienne lui tapait sur les nerfs, comme tout ce qui n'était pas sombre et cynique tendait à le faire.

Il médita sur les mérites de la proposition de sa compagne involontaire, à savoir trouver un autre glaçon pour son pauvre nez, tout en courant le risque que celui-ci soit tout aussi ensorcelé que le précédent dans ce quartier de sorciers. A bien y réfléchir, il y avait peu de moyens de créer de la glace sans utiliser la magie, en pleine journée et par un temps aussi agréable. A moins que ces fous du continent de l'Eau ne soient parvenus à inventer une machine qui créait du froid. Ha ! Comme si c'était possible. De toute façon, il était persuadé que la moitié de leurs machines fonctionnaient avec de la magie. Comment expliquer autrement ces poupées qui parlaient ?

Il interrompit son débat intérieur lorsque les pas de la nymphe cessèrent derrière lui, et se détendit un peu. Elle avait enfin décidé de le laisser en paix ?

Mais non, elle le rattrapa bien vite malgré ses longues enjambées pressées. Ezekiel retint de justesse une grimace de mauvaise humeur très impolie. Machinalement, il fourra une main dans la petite sacoche à sa ceinture, et en ressortit un morceau d'orange confit qu'il porta à sa bouche. Le goût acidulé de son péché mignon envahit ses papilles et il se détendit un peu.

Une lumière plus vive émanait de l'extrémité de la ruelle qu'ils s'apprêtaient à atteindre, ce qui indiquait sans doute une place ou une avenue.

Faisant contre mauvaise fortune "bon coeur", il décida de se renseigner sur la nymphe. S'il ne pouvait pas se débarrasser d'elle, peut-être cette rencontre lui serait-elle au moins utile plus tard.

"Je suis Ezekiel Grieve, bretteur" dit-il d'un ton redevenu poli. "A qui ai-je l'honneur ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://soaring-dragon.livejournal.com
Dhamia
Illusionniste
avatar

Messages : 33
Age : 26

MessageSujet: [comptabilisé]   Dim 7 Mar 2010 - 20:33

Les Héliades, sous des dehors gais et insouciants, ne sont pas idiotes. Dhamia comprenait bien que sa compagnie n'était pas indispensable à l'homme qu'elle s'efforçait de suivre à grandes enjambées. L'air bougon et le tempérament exécrable de ce dernier ne la rebutaient pourtant pas; le taquiner était actuellement la seule activité qu'elle savait pouvoir la distraire, alors elle n'allait pas se priver... A moins peut-être qu'il ne se mette à la menacer de mort. Tout en essayant de cerner le personnage, elle le vit manger une friandise et se calmer quelque peu. Finalement, quand il fut clair qu'ils approchaient d'un endroit plus fréquenté, il se présenta. Surprise, Dhamia sourit. C'était qu'il était lunatique, en plus! Mais enfin la jeune femme pouvait mettre un nom sur ce visage taciturne. Sans se départir de son sourire, elle enchaîna;

"Dhamia Aynka, illusionniste et musicienne."

Il pouvait être risqué de dévoiler qu'on pratiquait la magie quand nombre de gens détestaient cet art. Mais il n'y avait pas de raison de se cacher, et Ezekiel n'avait pas bondi en voyant la Naïade changer l'eau en glace. Du moins n'avait-il pas bondi trop haut. Elle laissa la lueur amusée de son regard s'effacer pour afficher une expression plus sérieuse.

"En vérité, je pourrais donner l'illusion que votre oeil n'est plus gonflé mais je doute que cela puisse atténuer la douleur."

A peine eut-elle fini sa phrase qu'ils atteignirent le bout de la rue et se retrouvèrent soudain plongés en pleine lumière. Ici on n'avait guère l'impression qu'un accident avait eu lieu quelques mètres plus loin. De nouveau, il y avait des échoppes des deux côté de la route mais les bâtiments résidentiels étaient plus nombreux. Cette partie du quartier devait être moins commerciale que la précédente. Il y avait pourtant une chance de trouver quelque chose à mettre sur le nez torturé d'Ezekiel. Le regard de Dhamia croisa instantanément celui d'une vieille femme au visage engageant. Elle vendait toutes sortes de remèdes, tous plus repoussants les uns que les autres. L'Héliade s'arrêta et indiqua à son nouvel "ami" le stand minuscule.

"Voulez-vous tenter votre chance? On pourrait y trouver un onguent plutôt que de la glace."


[HJ; Désolée, c'est minable et en plus j'ai mis du temps, rien que pour ça.. >.< ]
Revenir en haut Aller en bas
Ezekiel
Ambassadeur
avatar

Messages : 124
Age : 31
Détail/fonction : Cynique

MessageSujet: [comptabilisé]   Jeu 11 Mar 2010 - 11:54

[HJ : T'excuse pas, va, il est bien ce message ! Et puis moi, je te réponds sur fond de la bande-son de Pokémon, par pure nostalgie. Je ne sais pas ce que ça va donner. mr green (Nous sommes de retour ! Pour vous jouer... un mauvais tour !) fish]


Ezekiel cilla. Une illusionniste ? Voilà qui était un don utile, et dépourvu de cette servitude vile aux 4 éléments que la Naïade avait exhibée. Il n'était pas mécontent d'avoir posé la question, après tout ; l'information pouvait toujours lui servir. Il la nota soigneusement dans un coin de sa tête.

"Ca ira," répondit-il sarcastiquement, "je n'ai pas l'intention de me rendre à un bal dans la journée."

Il tenait à son apparence et à ce que les gens pensaient de lui, mais il n'était pas vaniteux au point de se procurer une illusion pour que des passants quelconques ne le voient pas se promener avec un nez rouge et gonflé. Si un de ces habitants arrogants des continents élémentaires tentait de se moquer de lui, il glisserait un mot aux bandes de malfrats et autres voleurs qui traînaient dans le quartier du Mal. Le gredin aurait vite fait de regretter ses paroles.

Il cligna des yeux devant le changement soudain de luminosité et leva machinalement une main à son front. Il était par constitution peu habitué à des journées lumineuses comme celle-ci, après tout le temps qu'il avait passé sous le ciel constamment couvert de Shelagh.

Il reporta son attention sur l'Héliade lorsqu'elle reprit la parole. Il considéra du regard l'étal qu'elle désignait, dubitatif. La vieille femme qui le tenait lui sourit si gentiment qu'il faillit en attraper des caries. Néanmoins, les rangées de flacons difformes et dépareillés lui semblaient plus attrayantes que le maudit glaçon qu'il avait plaqué sur son nez quelques minutes auparavant. Il haussa les épaules, désabusé.

"Pourquoi pas ? Jetons un oeil."

Il traversa l'avenue et le faible flot de piétons pour s'approcher de la vieille femme et de sa marchandise, étalée sur une planche tordue posée sur deux tas de cageots. Ca, c'était artisanal... Mais il avait déjà vu pire à Valaurakar.

"Bonjour bonjour !" les salua jovialement la marchande de sa voix rouillée. "Vous cherchez un remède ? Ah, peut-être pour votre nez, monsieur ?"

Ezekiel grommela un assentiment. Calant le pantin sous son bras, il souleva quelques flacons d'une main pas trop inexpérimentée et les examina brièvement. Au moins, il avait assez de connaissances médicales basiques pour essayer de déterminer si ces mixtures étaient de la camelote. C'était bien plus rassurant que le glaçon ensorcelé. Il leva un petit pot d'onguent à son nez pour le renifler.

La vieille femme quêta un peu de conversation auprès de Dhamia.

"Bien le bonjour, joli jeune fille. Vous êtes la fiancée de monsieur, peut-être ? Il a bien de la chance !"

Ezekiel voulut émettre un grognement méprisant et s'étouffa sur la forte odeur de lavande de l'onguent. Pouah ! Elle n'avait pas lésiné.
Revenir en haut Aller en bas
http://soaring-dragon.livejournal.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'assassin ! [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'assassin ! [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Repentir de l'assassin [libre mais feat Bay et Alice]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Assassin X
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les 4 éléments, version 4 :: :: Le RP :: La Ville :: 
Quartier de Mitroble
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit